Comté des Vents Index du Forum
 
 
 
Comté des Vents Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Nous sommes le clan des maudites...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Comté des Vents Index du Forum -> Quartier résidentiel -> Le Village -> La cellule de Sherene
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sherene
Citoyen

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 40
Humaine (13 ans)

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 07:24 (2015)    Sujet du message: Nous sommes le clan des maudites... Répondre en citant

[list][HRP] Cela n'engage que moi, mais toute immersion est affaire d'ambiance. Et si une bande son devait correspondre à cette histoire, ce serait celle là :
http://youtu.be/LqGq2QgDQR8

---

Une ombre, une silhouette chétive et maladive rendu lugubre par sa robe noire, la peau blanche, et la faux qui lui servait de canne pour avancer, se trainant dans les rues de Hurlevent, passant de commerces en tavernes... C'est ainsi que cela à commencé.

Elle cherchait quelqu'un, et les voix qui murmurent autours d'elle la pressaient de trouver, chaque moment loin de son but la rendant plus souffreteuse, comme une punition de ne pas aller assez vite. Pourtant comment faire mieux quand pour seul indice, il n'y a qu'une vision, un rêve flous de toits bleus et trouver une des sœurs qui sont l'opposée ?

Juste des voix et des murmures, elle savait juste que le temps pressait, que l'Héritière était en danger, et il lui fallait de l'aide... Ou aider... L'héritière, un titre, comme le sien était Exécutrice ? Des années durant, elle s'était cachée, vivant en ermite depuis cet accident, dans les tranchantes où elle avait une dernière fois laissé la rage et la colère s'emparer d'elle, laissant son amie sans défense, ne vivant à ce moment que pour la violence, dans les vols des âmes et les vies arrachées, dans les hurlements de terreur, il n'existait plus rien que cette soif de souffrance et de mort. Elle en avait oublié sa seule et unique amie qui voyageait avec elle, sa veilleuse aussi.
Depuis ce drame, elle avait plus entendu les voix qui murmurent ce qu'elle doit faire. Et pour beaucoup, elle était juste morte durant cette escarmouche. Comme la Veilleuse s'était éteinte, et était oubliée dans un grimoire des chroniques de la cathédrale de Hurlevent.

Des années et les voix sont revenues, la pressent de trouver quelqu'un et lui délivrer un message tout aussi nébuleux que ses visons troublées. La première bride d'espoir est venue dans une taverne, en posant inlassablement la même question : deux sœur que tout oppose, veillant sur une héritière, en précisant les toits bleus et le fait qu'une d'entre elle était souvent là.
C'est une humaine répondant au nom de Monéta qui a évoqué pour la première fois un nom qui pourrait coïncider avec cette description. Ce nom était celui d'une prêtresse elfe... Taerius, pouvait correspondre à cela dans une certaine mesure, après tout, elle avait l'habitude d'observer la ville depuis la devanture de l'armurerie des Wellers, dans ce quartier du commerce caractérisé par les tuiles d'ardoises bleus.

Elle avait désormais un nom à proposer à chaque voyageur qu'elle croisait, jusqu'à ce que l'un d'eux lui désigne l'elfe qui semblait méditer devant la place du quartier du commerce.

En approchant, les voix se sont faites plus pressentes, presque palpable, comme si cette personne était particulière pour les sœurs maudites. Car les voix qui l'entourent sont celle des femmes qui portent la même malédiction, elles qui partage un fragment de la même âme. Cela les lie entre elles, et quand l'une ressent une forte émotion, les autres la ressentent, parfois si fort qu'en étant attentif, il est possible de les percevoir. Et c'est en se plaçant devant l'elfe qui lui a courtoisement donné la salutation qu'Ankoa a senti tous les muscles de son corps se tendre et son cœur battre la chamade. Cette voix, il n'y avait pas de doute, elle la connaissait. Touts les maudites la connaissent.

Ankoa a ressenti a ce moment un apaisement, comme le souvenir laissé par le fragment d'âme qu'elle porte, de ce moment de violence extrême de souffrance indescriptible, et cette voix qui a atténué tout cela. Un souvenir qui n'était pas à elle et était plus encore bien plus vieux que l'elfe en face d'elle...

( Pour ceux qui ne l'ont pas lu, il est conseiller de refaire un tour sur ce sujet : http://comtedesvents.xooit.com/t1210-La-poupee-de-chiffons.htm )

Comment l'expliquer, elle ne le pouvait pas, tout comme douter qu'il s'agissait de celle qu'elle cherchait. Et la réponse d'Ankoa à cette salutation a probablement été elle aussi un choc pour Taerius, car elle avait elle aussi entendu cette voix dans une cérémonie funèbre; une des voix parmi les cris de souffrance, et la litanie des noms qui s'envolait avec la malédiction. Les deux femmes ont du sentir ce moment, étrange comme si quelque chose revenait d'un passé qu'aucune des deux n'avait réellement vécu mais qui portant avait brulé chacune d'elles si profondément, qu'elles ne pouvaient douter.

Très vite, Ankoa a posé sa doléance au nom de ses sœurs : elle voulait de l'aide pour secourir l'une des leurs. Celle qui porte le titre d'Héritière. Ankoa était bien incapable de la nommer, ni même de décrire cette héritière, ne l'ayant jamais croisée. Elle savait juste qu'elle n 'était plus sur ce plan, et qu'il lui fallait créer une diversion pour espérer la sortir de là.

Il n'a pas été bien dur aux Comtois présents de faire la relation entre cette héritière et la petite Sherene disparue depuis des mois, suivit peu de temps après par le capitaine de la garde.

Ankoa a alors décrit la situation, comme dictée par les voix, elle apprenait en même temps qu'elle parlait le but de tout ceci. L'Héritière en faisant des recherches s'est retrouvée absorbée dans un plan démoniaque connu sous le nom de Xoroth ; si effectivement les deux comtoise étaient bien là bas, elle ne pouvaient en sortir, le portail le leur permettant était séparé d'elles par une petite armée de démons en tous genres.

Si ici il est possible de tuer un démon, et donc avoir un répit avant que quelqu'un l'invoque ou crée un portail pour le faire revenir du néant, là-bas, c'était impossible. Ils y sont immortels, mais pour autant ils ressentent la douleur, et si elle est trop forte ils peuvent avoir envie de fuir. Le plan était donc audacieux : il consistait ni plus ni moins de d'ouvrir un portail capable de permettre à cette armée de fuir les coups de hache de celle qui veillait sur l'enfant. Sans cette brèche, tout était inutile et ne faisait que renforcer la rage des démons qui n'avaient d'autres choix que de résister.

Il fallait créer cette brèche et contenir tout ce qui en sortait, pour éviter une invasion. Les tuer aura certes pour effet de les renvoyer immédiatement de l'autre coté, mais le temps que cela se fasse, cela laissera un temps de répit à l'héritière et sa gardienne.

C'est ce qu'Ankoa s'est proposée de faire, si elle avait la garantie d'être secondée par des gens de confiances. Les volontaires ont alors assisté à une chose que peu de démonistes sont capables de faire, car si la plupart arrivent à en invoquer un ou deux, peut-être cinq pour les plus doués ayant poussé loin l'art de la démonologie,et encore que très temporairement, ce qu'il ont vu la pouvait bien glacer le sang. C'est donc assistée de Monéta, Taerius et Maerten, ainsi que quelques autres Comtois de confiance qu'elle a fait ce rituel.

C'est en cherchant des renseignements qu'Hildeline et Maerten avaient entendu, peu avant de participer à cette expédition, du représentant d'une loge, connue sous le nom de Beffroi de Hrulevent, chargée de surveiller les maudites, de les recenser et essayer de comprendre leur but, dire d'elle que malgré son allure frêle et maladive, ce n'est pas pour rien qu'elle est connue sous le titre d'exécutrice. Et entendre rajouté de suite après que si la plupart des démonistes sont capables de vous envoyer en enfer, elle et ses sœurs sont capables d'amener l'enfer à vous.
Ce soir là c'est bien ce qui s'est passé, quand tous ont été assaillis par un nombre incalculable de tout ce que la légion a pu produire de démons mineurs, essayant de les repousser tant bien que mal alors qu'Ankoa assise au milieu d'un cercle d'invocation qui devait bien avoir la taille qu'un quartier de Hurlevent chantait son incantation, imperturbable, les yeux fermés, concentrée sur sa tâche.

Une longue lutte , qui paraissait interminable a fini par endiguer le flot de créatures démoniaques, laissant Ankoa affaiblie, et les Comtois présent médusé par l'épuisement du combat et la stupéfaction de voir qu'une humaine pouvait ouvrir de telles portes. L'insistance des Comtois pour l'aider à partir n'a essuyé qu'un refus, car elle devait maintenant nettoyer cet endroit de Féralas, pour que personne ne puisse refaire ce rituel derrière elle, par erreure, ou pire encore volontairement mais sans pouvoir en garder le contrôle.

Ce soir là les Comtois présents on vu ce que pouvait signifier les mots "retour d'une légion", ravalant leur salive à l'idée que la petite Sherene ait pu passer à travers une telle chose, et qu'à terme, sa puissance l'amènera à aller plus loin encore que ce qu'avait fait Ankoa.

Tous sont rentrés à Hurlevant, guidés par Maerten qui avait eu comme consigne d'Ankoa de les amener dans les sous sols de la taverne de l'Agneau Assassiné, lieu sinistrement connu pour être fréquenté par tout ce que la ville pouvait compter comme adepte des ombres et de l'impie.

C'est là, qu' au milieu d'un cercle d'invocation tracé dans une alcôve discrète d'une crypte sous ce bâtiment, qu'il y on découvert la petite Sherene inanimée, et Layïli, agenouillée devant la petite, en sueur, l'armure bosselée et déchirées par les coups, et les armes luisante d'un liquide noir et verdâtre qui était le même que celui qui jonchait le sol de Féralas à l'issue de la bataille menée devant le portail d'Ankoa.

L'odeur ne laissait d'ailleurs plus aucun doutes, elles venaient bien du même endroit que les démons affrontés il y a peu.

Tous étaient affaiblis et épuisés. Tous se demandaient alors ce que tout ceci impliquerait sur l'avenir de Comté, qui sont ces maudites, ce que Sherene a à voir avec elles... Tant de questions laissées sans réponse, par la fatigue, et la joie de revoir la petite, sonnée mais en bonne santé...

Un petit temps de calme a recouvert Comté des Vents, mais bientôt les soeurs maudites allaient refaire parler d'elles.


Dernière édition par Sherene le Dim 1 Fév - 07:06 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 31 Jan - 07:24 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sherene
Citoyen

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 40
Humaine (13 ans)

MessagePosté le: Dim 1 Fév - 07:06 (2015)    Sujet du message: Nous sommes le clan des maudites... Répondre en citant

La vie avait repris son cour dans la cité. En dehors de quelques détails, tout le monde semblait avoir à cœur de tourner la page des récents événements.
Seuls exemptions visibles, Maerten et Hildeline sont restés pleinement impliqués à ce moment.

Maerten, en tant que paladin avait été une aide précieuse pour comprendre qui sont les Veilleurs du Beffroi de Hurlevent. Et tout autant sur les filles maudites, puisque cet orde en tenait une chronique. C'était bien compliqué a comprendre, ne sachant pas vraiment ce qu'elles font là. De la méfiance du début, en se rendant compte de que les maudites sont presque une secte, liant des femmes de toutes races, sans distinction de factions, toutes semblant agir de concert, sans qu'elles se croisent, même si d'après les chroniques il est fréquent de les voir en binôme ou trio.

Pensant bien faire, le paladin a alors demandé à intégrer le Beffroi et devenir le Veilleur d'Ankoa, s'assurant par ce biais un contrôle des informations qui arriveraient dans cette loge de la cathédrale. Ses sentiment pour Ankoa ont sans doute influencé cette demande, et il s'était trouvé une âme de protecteur pour la frêle jeune fille qui semblait avoir tant de mal à porter son fardeau.

Les dernières actions qui ont aidé à sauver nos deux Comtoises ont fini par gommer la méfiance envers elle, d'autant plus facilement que Maerten est tomber amoureux d'Ankoa, et cela malgré les mises en garde de cette dernière. De l'avis même du Beffroi, il est compliqué de les classer, certaines maudites sont capable d'une douceur et d'une prévention envers les gens qu'elles croisent. Il est pas rare d'en croiser qui passent du temps à s'occuper d'enfants dans un orphelinat, ou aider à d'autres causes. Fait troublant, elle ont été plus qu'actives lors de la découverte de l'Outreterre, et la bataille qui a suivit pour contenir la Légion Ardente.

Elle se disent héritières d'une Man'ari, les érédars maîtres et corrupteurs de cette légion démoniaque, et pourtant, toutes celles qui le pouvaient ont œuvré pour repousser cette même menace.

Sans que cela soit dit entre Comtois, il y avait alors presque une atmosphère bienveillante à l'égard des maudites, puisque jusque là rien ne semblait les rendre particulièrement dangereuses.
Confiance relative, certes, mais aussi sans doute poussé par le nom inscrit sur le registre du Beffroi les concernant. Quel Choc pour Maerten et Matehys en apprenant que le nom officiel des maudites, même s'il est peu évoqué est "Filles de Layïli"... Etait-ce une simple coïncidence ? Un nom peut être commun chez les érédars ? La situation devenait de plus en plus troublante.

De son coté Hildeline s'est rendue à l'Accord du Repos du Ver, demandant une audience, pour en apprendre plus, les chronique draconiques devant êtres plus complètes et objectives, se disait-elle.
Là encore Stupéfaction en apprenant que cette érédar à l'origine de ce clan, avait demandé à la Lieuse de Vie, la reine Alextrasza de lui ôter son immortalité, contre droit d'enfanter.

Le débat chez les dragons a été long et âpre avant que la décision soit prise. Mais finalement, les représentants de la Balance des Sables ont lourdement insisté pour que cette requête soit acceptée.
Certes il s'agissait d'une érédar, une ennemie de toute vie, et a ce titre, toute demande de sa part pouvait laisser supposer qu'il s'agissait des rouages d'un de ces plans à tiroir souvent qualifiés de "plus global" par les adeptes de la légion.
Le motif était toujours aussi nébuleux et dur à saisir, quand les gardiens du temps se mettent à parler d'actions dans le futur qui se passeront dans le passé. C'est cette vision des méandres du temps qui a fait que leurs avis a été pris en compte plus que tout autres et accepté. Devenu mortelle, l'érédar c'est logiquement éteinte, et son essence récupérée par les dragons, conservée en vue d'être ramenée à la vie lorsque le temps sera venu.

Pendant que ces Comtois menaient leurs enquêtes, Ankoa est revenue voir Taerius, rencontrant pour la première fois Sherene. La discussion fut courtoise. D'autant plus qu'Ankoa venait annoncer à Taerius que la protection de Sherene était leur priorité, que l'elfe avait été choisie et acceptée comme tutrice officiel de l'enfant par toutes les autres maudites.

C'est à ce moment là qu'a été évoqué un autre titre, celui de l'Emissaire, qui devait malgré tout rencontrer Sherene, pour une affaire de lien qui n'a pas été comprise, Ankoa ne sachant véritablement l'expliquer. Cette dernière avait assuré cette mission d'ambassade par commodité et discrétion. Puisqu'humaine et laissée pour morte des années avant, elle n'était plus surveillée, puis confié à la vigilance de Maerten.
L'émissaire étant une elfe de sang, venir à Hurlevent aurait été plus que dangereux autant pour les maudites que pour les Comtois. Sans même parler de sécurité, cela aurait mis sur le devant de la scène la petite Sherene. Hors tous était d'accord pour cacher au Beffroi l'existence officielle d'une héritière.

Taerius, a demandé alors au gens vivant à la Pointe-des-vents de prendre contact avec l'Emissaire des maudites, censée être plus à même d'expliquer le liens qu'elles ont avec Sherene, et voir si cette rencontre demandée était réellement sans risque.

Hegoa a donc été trouver cette Emissaire. Toutefois, peu habituée à ce genre de rencontre, elle a laissé échapper le nom de Sherene. Dans la seconde qui a suivi, toutes discussion a tourné court, et l'Emissaire est partie visiblement en colère.

C'est quelques jours après qu'Ankoa est revenue vers Taerius, annonçant que l'erreur d'Hegoa, avait été réparée. Ce moment à fait prendre conscience que si les faits avaient jusque là été favorables pour le crédit des maudites, il n'en restait pas moins qu'il 'agit d'un groupe de sorcière toujours au abois, presque en guérilla permanente pour se protéger. Ankoa venait d'annoncer froidement que le Veilleur chargé de surveiller l'Emissaire avait été tué par ses soins afin de préserver le secret de l'existence de Sherene.
L'aspect fragile et le coté serviable d'Ankoa avait fait oublié à tous sa nature, et là ce qu'elle était éclatait devant eux. Les Comtois avaient beau savoir qu'elle était surnommée l'Exécutrice, cela avait été un peu oublié, ou du moins pas pris en réel considération. Mais les fait étaient têtus et l'évidence était là. Ankoa était avant tout une tueuse, agissant pour pour un ordre de sorcières.

Tarius a été horrifiée de ce fait, et a intimer l'ordre à Ankoa de ne jamais reprendre ce genre d'initiative contraire à la morale et au préceptes défendus par Comté-des-Vents.

Ce à quoi il a été répondu plus que sèchement que la sécurité de l'Héritière était au dessus de toutes considération autant vis a vis de la morale que des lois. Pire encore, Ankoa a alors ouvertement menacé Taerius, lui rétorquant que si les Comtois étaient incapables d'assurer cette tâche, les filles s'en chargeront.

D'alliées potentielles, les maudites sont alors devenues franchement hostiles. C'était à ne plus rien comprendre. La crainte de les voir œuvrer pour enlever Sherene de force a alors attisé toutes les méfiances. Apprenant cela, Hideline a assuré Taerius qu'elle se chargerait elle même de veiller sur Sherene, lui promettant qu'au moindre doute, l'enfant erait mise sous la protection des dragons de l'Accord du Repos du Ver.
Toute jeune drake qu'était Hildeline, de son point de vue,puisqu'elle avait été confié au soins de Taerius, elle considérait Comté-des-Vents comme son propre vol. Elle avait d'ailleurs à ce moment assuré Taerius que pour elle, les Comtois sont sa famille, et ce jusqu'à ce qu'elle soit en âge d'avoir sa propre couvée. Ce serment de fidélité à Comté-des-Vents a permis à Taerius de reprendre ses esprit, n'ayant plus à se soucier de la protection de l'enfant.

Très vite, le besoin de reprendre la mains sur la situation c'est faite sentir, et Ankoa a été convoquée par Taerius, alors conseillées par Laeris et Hildeline, afin que cette dernière s'explique sur ce revirement de situation.

Le rendez vous fut pris, et la discussion houleuse.

La démonstration qu'a été l'ouverture du portail de Féralas avait remis Ankoa sous les feux du Beffroi, en plus de revoir son nom circuler dans les cercles de sorcellerie de la ville. Il n'avait pas fallut longtemps avant que quelques fous la supplient de les prendre comme disciples en espérant apprendre et maîtriser ses dons. Les maudites se sont retrouvées à ce moment à devoir gérer cette notoriété, les obligeant à redoubler de prudence vis à vis des Veilleurs du Beffroi, et repoussant les demandes d'apprentissage, devant parfois tuer les candidats trop insistants dans leurs quêtes de pouvoir.

C'est avec cette tension qu'Ankoa s'est présentée devant Taerius.
La situation s'est alors encore envenimée, quand Ankoa s'est rendue compte que Laeris était elle aussi démoniste, et sans même l'avoir écoutée, menacée de toutes les malédictions possibles. Pour les maudites, cette proximité entre Sherene et Laeris ne pouvait signifier qu'une chose : l'envie de se servir du pouvoir de l'enfant.
Chaque moment qui passait semblait éloigner les maudites de la raison, faisant d'elles des entités monstrueuse pétries de paranoïa et prêtes à toutes les folies. Elles avaient montré en plus de leurs maîtrise et puissance qu'elles n'hésitaient pas à s'en servir si elles le jugeaient nécessaire.

La tension laissée par le départ de l'Exécutrice chez les représentants de Comté-des-Vents ne présageait a ce moment qu'une catastrophe à très brève échéance.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:34 (2018)    Sujet du message: Nous sommes le clan des maudites...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Comté des Vents Index du Forum -> Quartier résidentiel -> Le Village -> La cellule de Sherene Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com